Violences faites aux journalistes : déclarations françaises [es]

Violences faites aux journalistes - Quai d’Orsay - Déclarations du porte-parole - 19 décembre 2012

À l’occasion de la publication du bilan annuel de l’ONG "Reporters sans frontières" sur les violences faites aux journalistes, la France rend hommage à toutes celles et tous ceux qui, au risque de leur vie, se battent pour la liberté de la presse et le droit à l’information.

Selon les données recueillies par "Reporters sans frontières", 2012 a été l’une des plus meurtrières de ces dernières années, avec 88 journalistes tués, soit une hausse d’un tiers par rapport à l’an passé. Plusieurs centaines d’acteurs de l’information ont été victimes de violences, d’intimidations ou sont aujourd’hui emprisonnés en raison de leurs activités. La Somalie, où 18 journalistes ont perdu la vie en 2012, a été particulièrement frappée par ces violences. 17 journalistes de différentes nationalités ont également perdu la vie en Syrie, dont deux de nos compatriotes, Gilles Jacquier et Rémi Ochlik.

La France rappelle son attachement à la liberté de la presse partout dans le monde ainsi qu’à la liberté d’informer, qu’elle s’exerce via Internet ou tout autre moyen. Comme le rappellent les résolutions du Conseil de sécurité et du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, il revient aux États d’assurer la protection des journalistes, y compris dans les conflits armés, et de poursuivre en justice les auteurs des violences commises à leur encontre.

Dernière modification le 19/12/2012

haut de la page