PAC : une politique agricole commune forte après 2013 [es]

Maintien de deux piliers forts et plus cohérents entre eux, rejet d’une nationalisation des aides et meilleure régulation reposant sur une organisation économique renforcée, tels sont les axes défendus par les principaux pays agricoles de l’UE pour permettre aux agriculteurs européens d’inscrire leur activité dans la durée.

À l’issue de consultations gouvernementales lancées le 4 février 2010 et JPEGconformément à l’Agenda franco-allemand 2020, Bruno Le Maire, Ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche, et Ilse Aigner, Ministre fédérale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Protection des consommateurs, ont approuvé mardi 14 septembre la « Position franco-allemande pour une politique agricole commune forte au-delà de 2013 ».

" L’agriculture est au coeur des défis auxquels notre société se trouve confrontée : l’agriculture assure l’alimentation des êtres humains, fournit des matières premières renouvelables, protège l’environnement, crée des emplois et conforte la viabilité des différentes régions de l’Union européenne (« agriculture multifonctionnelle »). Elle constitue une activité stratégique, qui fait pleinement partie de la stratégie « Europe 2020 ». Les citoyens et les consommateurs de l’Union attendent que la politique agricole européenne garantisse une agriculture durable capable de leur assurer une alimentation saine et de qualité et de la biomasse.

Les objectifs originels de la politique agricole commune (PAC) fixés dans le Traité restent valables aujourd’hui. Cependant, de nouveaux enjeux conduisent à une vision encore plus globale de la PAC (...)" :

- Lire l’intégralité du document :

PDF - 160.3 ko
(PDF - 160.3 ko)

- En savoir plus sur le site du ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche

Dernière modification le 21/10/2010

haut de la page