La France confirme son attractivité : 639 décisions d’investissement étranger créateur d’emploi ont été enregistrées en 2009 [es]

Paris, le 9 mars 2010

Christine Lagarde, ministre de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi et Michel Mercier, ministre de l’Espace rural et de l’Aménagement du territoire, rendent public le bilan 2009 des investissements étrangers créateurs d’emploi en France, en présence de David Appia, Président de l’Agence française pour les investissements internationaux (AFII).

Dans un contexte marqué par une baisse des flux d’investissements directs étrangers dans le monde, l’AFII et les agences régionales de développement ont, en 2009, enregistré 639 décisions d’investissement étranger créateur d’emplois, plus qu’en 2007 (624), et presqu’autant qu’en 2008 (641). Il s’agit du quatrième meilleur résultat depuis quinze ans.

Ces investissements permettront de maintenir ou de créer 29 889 emplois (contre 31 932 emplois en 2008), un montant proche de la moyenne annuelle observée depuis 2000 (30 400).

Origine géographique
Les entreprises européennes sont à l’origine de 68% des projets en 2009, contre 65% en 2008. Les entreprises nord-américaines sont responsables de 19% des décisions d’investissement étranger créateur d’emploi en 2009, contre 22% en 2008. Les entreprises asiatiques comptent pour 10% des projets, contre 11% en 2008.

Quatre pays sont à l’origine de la moitié des nouveaux projets d’investissement : l’Allemagne, avec 113 projets, devient le premier pays d’origine de l’investissement étranger créateur d’emploi en France. Les Etats-Unis, qui perdent leur position traditionnelle de premier investisseur en France, comptabilisent 106 projets d’investissement en 2009. Les entreprises italiennes, avec 56 projets, confirment leur intérêt pour le marché français en doublant le nombre de leurs projets par rapport à 2007. Enfin, l´Espagne avec 43 projets se positionne pour la deuxième année consécutive devant le Royaume-Uni.

Répartition sectorielle
Avec 421 projets recensés, le secteur manufacturier compte pour 66% des projets d’investissement étrangers en France en 2009. Ce dynamisme est essentiellement imputable aux secteurs technologiques à haute valeur ajoutée, ainsi qu’à la dynamique observée dans le secteur énergétique (73 projets en 2009, contre 36 en 2007).

La part des activités de services recule (34% en 2009), en raison d’une baisse du nombre des investissements dans les secteurs du conseil, de l’ingénierie et des services, ainsi que dans le domaine des télécommunications et fournisseurs d’accès internet.

Fonctions
Les projets d’investissement dans les activités de R&D représentent 8% de l’ensemble des projets, une part deux fois supérieure à celle de 2008. En revanche, les projets dans la fonction de production voient leur part diminuer (29% des projets, contre 34% en 2008), tout comme ceux relatifs aux centres de décision (17%, contre 26% en 2008).

Types d’opération
La progression du nombre des projets de création se poursuit : 62% du total des projets, contre 56% en 2008. Les extensions de sites ou implantations existantes totalisent 28% des projets en 2009, contre 34% en 2008. Les reprises de site en difficulté comptent pour 8% des projets, contre 9% en 2008.

Répartition géographique
Les investissements étrangers créateurs d’emploi se portent sur l’ensemble des territoires français. Trois régions, cependant, accueillent en 2009 plus de 50% des projets d’investissement étrangers : Ile-de-France (30%), Rhône-Alpes (14%) et Provence-Alpes-Côte d’Azur (9%).

« Le maintien à un niveau élevé - plus de 620 par an - du nombre des projets d’investissements étrangers créateurs d’emploi depuis le déclenchement de la crise confirme l’attractivité de notre pays. Dans un environnement européen très concurrentiel, les réformes engagées depuis trois ans, la réactivité des autorités publiques face à la crise et la priorité donnée à l’investissement pour soutenir la croissance et préparer l’avenir ont joué en faveur du « site France ». La politique de soutien à l’innovation et à la compétitivité des entreprises, qu’illustrent le crédit impôt recherche et la réforme de la taxe professionnelle, est perçue très positivement par les entreprises étrangères ; signe de l’intérêt qu’elles portent à l’engagement de la France en faveur d’une croissance durable, le nombre des décisions d’investissement dans le secteur des énergies renouvelables connaît une forte croissance en 2009 », relève M. David Appia, Président de l’AFII.

L’agence française pour les investissements internationaux (AFII) est l’agence nationale chargée de la promotion, de la prospection et de l’accueil des investissements internationaux. L’AFII facilite la réalisation de votre projet en France. Elle est l’organisme économique de référence sur l’attractivité et l’image économiques de la France. L’agence s’appuie sur un réseau international, national et territorial. L’AFII travaille en partenariat étroit avec les agences régionales de développement économique pour apporter un service personnalisé aux investisseurs. Pour plus d’informations, consultez www.afii.fr.

FOCUS SUR L´ESPAGNE

La dynamique des investissements physiques espagnols à destination de la France s’est renforcée : avec 43 nouveaux projets, l’Espagne est devenue, en 2009, le quatrième pays investisseur en France.

LA PRESENCE ESPAGNOLE EN FRANCE
Plus de 1.500 sociétés à capitaux espagnols sont implantées sur le territoire national, employant plus de 60.000 personnes. Les investissements espagnols à destination de la France sont en forte croissance depuis 2007 (+ 22 % en moyenne annuelle).
En 2009, l’Espagne devance le Royaume-Uni et se hisse à la quatrième place des investisseurs en France. Les entreprises espagnoles ont annoncé 43 projets d’investissement créateurs d’emplois (soit 7 % des projets accueillis en France), permettant la création ou le maintien de 1.255 emplois.

Secteurs
En 2009, les projets d’investissement espagnols se sont portés, pour plus des deux tiers (69 %) vers trois secteurs d’activité_ : le textile et l’habillement (37 % des projets), l’énergie et autres services concédés (21 %), et les activités commerciales ou financières (12 %). La croissance est particulièrement forte dans le secteur de l’énergie (9 projets en 2009, contre 2 en 2007), ainsi que dans celui du textile en raison, principalement, de l’implantation de plusieurs enseignes Mango sur l’ensemble du territoire national (plus d’une quinzaine d’implantations en 2009).

Type d’implantation
Les investissements espagnols se concentrent majoritairement sur des opérations de création, qui ont nettement progressé depuis 2007_ : elles couvrent 88 % des projets en 2009, contre 48 % en 2006.
L’analyse par fonction révèle que les projets espagnols en France ont essentiellement pour objet des activités tertiaires. La fonction de production se maintient néanmoins, puisqu’elle représente 24 % des projets en 2009.

Localisation régionale
En 2009, quatre régions accueillent près des deux tiers des projets espagnols en France_ : Midi-Pyrénées (21 %), l’Ile-de-France (17 %), Rhône-Alpes (14 %) et Languedoc-Roussillon (12 %).

LA FRANCE COMME DESTINATION AU SEIN DE L’EUROPE

En dépit de la crise, le nombre de projets d’investissement espagnols dans le monde augmente (+13 % en moyenne annuelle depuis 2007), ainsi qu’en Europe (+6 %). En 2009, avec 274 projets, l’Espagne est le quatrième pays européen investisseur en Europe, derrière l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni.
La dynamique des projets espagnols à destination de la France est plus forte qu’ailleurs, avec une croissance de 22 % en moyenne annuelle depuis 2007.
En 2009, la France est le troisième pays européen d’accueil des projets espagnols, accueillant 11 % des projets dirigés vers les pays européens.

2 EXEMPLES D´IMPLANTATIONS 2009 :

Kaiku Corporacion Alimentaria, groupe coopératif laitier basque espagnol, a pris, en 2009, une participation de 50 % dans le site de production toulousain du Groupe 3A Coop (Midi-Pyrénées)
menacé de fermeture. Les deux partenaires ont décidé d’investir 18 millions d’euros pour pérenniser le site, sauvegarder 200 emplois et créer 60 emplois supplémentaires.

Ingeteam Energy, groupe espagnol spécialisé dans l’électrotechnique, a annoncé la création, à Toulouse (Midi-Pyrénées), d’un bureau commercial ainsi que d’une division « services », qui sera en charge de l’installation de fermes photovoltaïques et de leur maintenance. Cet investissement de 5 millions d’euros devrait créer 65 emplois.

Dernière modification le 10/03/2010

haut de la page