La France à Copenhague

LA FRANCE A COPENHAGUE

Les négociations sur le climat ont repris depuis lundi à Bangkok et s’achèveront le 9 octobre pour une session de travail très importante dans la perspective de la conférence de Copenhague sur le réchauffement climatique en décembre prochain.

La France est représentée par une délégation interministérielle conduite par Brice Lalonde, ambassadeur chargé des négociations climatiques et par Laurence Tubiana, directrice des Biens Publics Mondiaux de la Direction générale de la Mondialisation du ministère des Affaires étrangères et européennes.

Plus de 2500 délégués des gouvernements, des représentants du monde de l’industrie, des experts d’organisations environnementales et d’institutions de recherche se retrouvent pour une session de travail très importante dans la perspective du Sommet de Copenhague sur le réchauffement climatique en décembre prochain.

Les objectifs de cette session de négociation fixés par les chefs d’Etat et de Gouvernement à New York et à Pittsburgh sont ambitieux :

1- Aboutir à un texte synthétique comportant des mesures opérationnelles et efficaces ;

2- Centrer les travaux sur chacun des grands volets de la négociation : généralisation d’un modèle économique sobre en carbone, aide aux pays les plus vulnérables pour l’adaptation au changement climatique, objectifs différenciés de réduction d’émission, augmentation des ressources financières et de coopération technologique, adoption d’un dispositif efficace de gouvernance du futur accord.

L’ambition de la France, réaffirmée par le président de la République à New York à l’occasion du sommet sur le climat le 22 septembre, est d’obtenir à Copenhague un accord global et ambitieux sur le changement climatique, dont la nécessité a également été rappelée la semaine dernière par le Secrétaire général de l’ONU, de limiter l’augmentation moyenne de température à la surface de la terre à + 2° C par rapport au niveau préindustriel, ce qui signifie un objectif mondial de réduction des émissions globales de gaz à effet de serre de - 50 % en 2050.

L’union européenne a pris des engagements à la hauteur des enjeux en se dotant sous présidence française d’un cadre normatif avec l’adoption du paquet « énergie-climat ». Bernard Kouchner et ses homologues britannique, danois, finlandais et suédois ont engagé une mobilisation qui se poursuivra jusqu’en décembre pour sensibiliser les opinions publiques en vue d’obtenir un accord ambitieux sur le futur régime de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre.

La France est pilote au niveau européen et international sur certains sujets particulièrement importants :

- sur la forêt, elle propose des programmes de soutien dans les principales régions concernées (Amazonie, Bassin du Congo, Indonésie) et des mécanismes de financement spécifiques pour lutter contre la déforestation et plus généralement pour préserver les stocks de carbone ;
- sur le financement, elle préconise une architecture internationale axée autour du Fonds pour l’environnement mondial rénové.

La dernière session de négociations techniques aura lieu à Barcelone du 4 au 6 novembre, quelques semaines avant la conférence de Copenhague.

JPEG


Plus d’informations :

Le sommet de Copenhague, sur le climat, se tiendra du 7 au 18 décembre 2009 dans la capitale danoise.

La France y sera présente et à cette occasion, le ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de la Mer a mis en ligne un site internet où se trouvent toutes les informations relatives aux actions de la France dans le domaine du changement climatique et aux décisions qui seront prises lors de la conférence de Copenhague.

- Le site officiel de la Conférence sur le Climat de Copenhague : cliquez ici

- Consultez le site du ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de la Mer : cliquez ici

- Consultez le site du ministère des Affaires étrangères et européennes : cliquez ici


Dernière modification le 21/09/2010

haut de la page