Education : signature, à Madrid, d’un accord bilatéral entre les deux ministres

La France et l’Espagne signent un accord cadre sur les dispositifs éducatifs, linguistiques et culturels dans les établissements de l’enseignement scolaire des deux Etats.

La rencontre, lundi 16 mai 2005, de François Fillon et de Maria Jesus San Segundo est la première entre ministres français et espagnol chargés de l’éducation depuis six ans.

Elle est emblématique de la reprise d’un dialogue étroit entre les responsables de l’éducation au plus haut niveau, désireux de proposer à la coopération éducative franco-espagnole, déjà très riche et ancienne, un cadre et des perspectives qui contribuent à construire, pour la jeunesse des deux pays, une Europe de la connaissance.

Les deux ministre ont signé un accord cadre sur les dispositifs éducatifs, linguistiques et culturels dans les établissements de l’enseignement scolaire de France et d’Espagne, pour un enseignement renforcé et de qualité de nos langues respectives. Cet accord vise aussi un rapprochement des curricula pouvant aboutir à des doubles certifications de fins d’études secondaires entre les deux pays.

Ils ont ouvert la perspective d’une coopération dans le domaine de l’enseignement professionnel, pour une meilleure reconnaissance des diplômes délivrés dans les deux pays et la construction de référentiels communs, visant à élargir les perspectives d’insertion professionnelle des élèves et leur adaptation aux mutations industrielles et technologiques.

Les ministres enfin se sont accordés pour améliorer encore les conditions de la coopération universitaire bilatérale, dans la dynamique partagée du processus intergouvernemental d’harmonisation européenne des systèmes d’enseignement supérieur.

Il a été fortement souligné que le rapprochement de nos systèmes éducatifs s’ancre dans la recherche de la qualité et dans le respect de la diversité culturelle et linguistique, deux atouts majeurs de l’Europe de l’éducation et de l’enseignement supérieur.

Dernière modification le 02/12/2005

haut de la page