Economie française : sur la voie de la reprise [es]

L’économie française sur la voie d’une reprise solide

La croissance du PIB au 1ertrimestre 2011 est de 1%, révèle la note de conjoncture de l’Insee du 13 mai 2011. Une embellie qui se traduit également par une amélioration sur le marché de l’emploi.

"La consommation intérieure continue de porter notre croissance", précise le ministère de l’Economie. Avec +1 % de PIB au 1er trimestre 2011, "c’est la plus forte hausse [enregistrée] depuis le deuxième trimestre 2006", selon l’Insee.

Parmi les indicateurs : la hausse de la consommation des ménages avec + 0,6 % (contre 0,4 % au dernier trimestre 2010). A noter, la plus forte hausse de la production manufacturière depuis 30 ans avec + 3,4 % (contre + 0,7 %) et l’accroissement de la production de services (+ 1, 1 % contre + 0,2 %). Au total, la production de biens et services est en hausse de 1,6 % (contre + 0,3 %).

Les importations ont augmenté (+ 2,7 % contre – 0,7 %), davantage que les exportations en hausse toutefois (+1,4 % contre + 0,3 %). Un effet compensé, précise l’Insee, "par les variations de stocks des entreprises (+ 0,7 point contre - 0,3 point).

La croissance intérieure a également été portée par une hausse des investissements matériels avec une FBCF (1) de + 1,1 % (contre + 0,5 %). Christine Lagarde s’est félicitée de ce que "la vigueur de l’investissement témoigne de la confiance des chefs d’entreprise".

Tous ces chiffres confirment pour la ministre le fait que "l’économie française est installée sur la voie d’une reprise solide" et "confortent la prévision de croissance du PIB à 2 % en 2011."
JPEG

Le 1er trimestre 2011 se caractérise aussi par une "croissance marquée de l’emploi" selon l’Insee. Sur cette période, par rapport au dernier trimestre 2010, deux fois plus d’emplois (58 800) ont été créés dans les secteurs marchands non agricoles : soit +0,4 % (contre +0,2 %). Signe de cette embellie : pour la première fois depuis dix ans, l’industrie manufacturière crée des emplois nets, indique le ministère. Des créations qui ont un caractère durable comme l’indique le ralentissement de l’emploi intérimaire par rapport au quatrième trimestre 2010 (+2,3 % contre +3,9 % au trimestre précédent).

LES CHIFFRES CLÉS DU COMMERCE EXTÉRIEUR

+ 3,0 %

La hausse de nos exportations au 1er trimestre 2011. Ce bon résultat est dû en partie à l’accroissement des exportations des produits pétroliers raffinés (stimulées par le renchérissement du pétrole), des exportations de produits chimiques, d’automobiles et de composants électroniques.

- 5,746 milliards d’euros

Le déficit commercial (valeur des exportations — valeur des importations) de la France en mars 2011. Le déficit commercial s’améliore par rapport au début de l’année : il était de — 6,1 milliards d’euros en janvier et -6,4 milliards d’euros en février.

35,164 milliards d’euros

La valeur des exportations françaises en mars 2011.

5e

Le rang de la France au sein des puissances exportatrices.

+ 40%

La hausse du nombre de « grands contrats » conclus à l’étranger par les entreprises françaises en 2010.

+ 13,5%

La hausse de la valeur des exportations françaises en 2010.

25 000

Le nombre d’emplois créés à chaque fois que nos exportations augmentent de 10%.

90%

La proportion de PME parmi des entreprises exportatrices. Toutefois, les 84 000 PME françaises ne récupèrent que 40% du volume des échanges et 25% de leur valeur.

- 2%

La baisse de nos exportations (7,5 milliards d’euros de perdus) lorsque l’euro s’apprécie de 10 centimes par rapport aux autres monnaies. L’euro est en effet un élément clé de la compétitivité extra-européenne. Lorsque l’euro grimpe, il renchérit mécaniquement le prix de nos exportations. Quand l’euro gagne 10 centimes par rapport au dollar, les résultats d’un fleuron européen tel qu’EADS, qui vend des avions en euros, sont amputés de 700 millions d’euros.

Pour ces raisons, la lutte pour limiter la volatilité des taux de change ainsi que la réforme du système monétaire international (SMI) sont des priorités figurant à l’agenda de la Présidence française du G20 en 2011.

Dernière modification le 22/01/2018

haut de la page