Cinquième anniversaire du Centre Pompidou Málaga : emblème d’une coopération réussie [es]

L’ambassadeur Jean-Michel Casa s’est rendu, jeudi 12 mars 2020, à l’inauguration de l’exposition De Miró à Barceló. Un siècle d’art espagnol, au Centre Pompidou Málaga, cinq ans après l’ouverture au public du musée dans l’une des plus grandes destinations touristiques d’Europe. Cet évènement a eu lieu en présence du maire de la ville, Francisco de la Torre, du président du Centre Pompidou, Serge Lasvignes, du directeur du Centre Pompidou Málaga, José María Luna, et de la directrice adjointe du musée d’Art moderne de Paris et commissaire de l’exposition, Brigitte Leal.

Voilà cinq années que le ‘Cubo’ multicolore du Français Daniel Buren accapare tous les regards sur l’artère maritime la plus passante de la ville de Málaga. Première implantation du Centre Pompidou à l’étranger, l’expérience espagnole participe de la stratégie d’internationalisation des grandes institutions muséographiques françaises. Depuis 2018 et la décision conjointe de la Mairie de Málaga et du Centre Pompidou de le prolonger jusqu’en 2025, ce qui était d’abord vu comme un « laboratoire » et une « aventure provisoire et expérimentale » prend racine sur un temps plus long.

Ancrage local et dialogue croisé : telle est le sens de l’exposition De Miró à Barceló. Un siècle d’art espagnol.Ce tout nouveau parcours, proposé jusqu’au 1er novembre 2021, offre une lecture inédite des collections du Pompidou à travers l’art espagnol.
Lors de l’inauguration de l’exposition, Jean-Michel Casa a réaffirmé, devant le maire de la ville natale de Picasso, le « plein soutien de l’ambassade de France et de l’Institut français d’Espagne pour vous accompagner dans la réflexion engagée sur le développement d’une programmation pluridisciplinaire et la valorisation de vos activités dans les prochaines années ».

(copyright photos : Centre Pompidou Málaga)

De Miró à Barceló. Un siècle d´art espagnol. 12 mars 2020 – 01 novembre 2021
Cubisme, surréalisme, figuration et abstraction, peinture, sculpture, cinéma et vidéo : dans l’histoire de l’art des 20e et 21e siècles, aucune période et aucun domaine n’a échappé à la domination des artistes espagnols. Pablo Picasso, Joan Miró, Salvador Dalí ou Luis Buñuel ont été les promoteurs de nouvelles façons de voir et de créer dont la force rayonne encore. Ce parcours chronologique à travers un siècle d’art espagnol montre que la génération des artistes actuels a maintenu vivant, avec une extraordinaire énergie, l’esprit des avant-gardes. Leurs prédécesseurs ont connu les secousses de l’histoire, l’exil parisien, la guerre, l’ostracisme qui ont nourri un répertoire d’images bouleversantes, radicales, voire sacrilèges. Rendus à la liberté, leurs héritiers ne cessent aujourd’hui de surprendre en inventant avec, entre autres, Miquel Barceló, Cristina Iglesias et La Ribot, de nouvelles formes de peinture, de sculpture et d’espace qui réenchantent les matériaux, les rituels et les mythes de l’art espagnol.

A lire aussi :
El Centre Pompidou de Málaga es un símbolo de la proyección cultural de Francia en España.

Dernière modification le 17/03/2020

haut de la page