17 mai : Journée Internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie [es]

Le 17 mai 2013 a lieu la 8ème Journée Internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie connue également comme l’ « IDAHO » (International Day against Homophobia and Transphobia) institué en 2006.

L’ IDAHO en France définit deux objectifs principaux :

•promouvoir et coordonner la journée IDAHO en France et dans le monde

•lutter contre l’homophobie et la transphobie tout au long de l’année par des actions de toutes sortes.

Conformément à son engagement en faveur de la lutte contre les violations des droits de l’Homme fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre, la France a reconnu officiellement cette journée le 17 mai 2008.

La journée du 17 mai est l’occasion de rappeler que la France reste pleinement mobilisée dans la lutte contre la stigmatisation et les violations graves des droits de l’Homme dont sont victimes les personnes lesbiennes, gay, bisexuelles, transgenres (LGBT) partout dans le monde.

L’Unesco soutient la lutte contre l’homophobie et indique les différentes pages internet des associations soutenant la même cause, notamment celles de la Fédération Lesbiennes, Gays, Bisexuelles et Transgenres de France et de l’IDAHO.

Le Sénat a d’ailleurs adopté vendredi 12 avril 2013 le projet de loi sur le mariage homosexuel comme s’en félicite la fédération LGBT en France.

De plus, on note qu’un des enjeux majeurs en France est la lutte pour une dépénalisation universelle de l’homosexualité, celle-ci reste pénalisée dans 80 Etats dont 7 prévoient la peine de mort.
Une vidéo est par ailleurs disponible sur Idahofrance.org par Ariel Martin Pérez « L’amour n’est pas un crime » et rappelle ce problème mondial de pénalisation des personnes dites « LGBT ».

La France s’investit également pour cette cause au sein des Nations-Unies notamment on a pu le constater en décembre 2008 lorsque, avec le concours des Pays-Bas, elle a présenté à l’Assemblée Générale des Nations Unies le texte de la Déclaration relative aux Droits de l’Homme et à l’orientation sexuelle et l’identité de genre, aujourd’hui signée par 68 Etats.

La France a également organisé le Congrès mondial sur les droits de l’Homme, l’orientation sexuelle et l’identité de genre à Paris le 17 mai 2009, puis a travaillé sur divers projets notamment sur la résolution reprenant la même thématique que celle évoquée précédemment.

Mais la France s’est également investie dans le cadre européen en effectuant des démarches avec l’appui de ses partenaires afin d’influencer les pays pénalisant toujours à l’heure actuelle l’homosexualité. Elle a élaboré des lignes directrices sur les droits des personnes LGBT, ensuite la France soutient les ONG et les défenseurs des droits dans leurs actions et a participé à la création en 2010 du Fonds de soutien international « Droits de l’Homme, orientation sexuelle et identité du genre ».

Par ailleurs, le 26 mars 2013 à Paris, les représentants des 56 États du continent européen ainsi que 200 membres de la société civile et d’organisations régionales et internationales s’étaient réunis afin d’aborder la question des droits des personnes LGBT en Europe. Cette conférence fait partie d’un processus mondial d’organisation de conférences dont les conclusions de ces multiples travaux ont été présentées lors d’une conférence mondiale à Oslo les 15 et 16 avril 2013.


- Argumentaire actualisé sur les actions de la France contre les violations des droits de l’Homme fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre :
PDF - 211.1 ko
(PDF - 211.1 ko)

- Nouvelle fiche sur le Fonds de soutien "Droits de l’Homme, orientation sexuelle et identité de genre", financé en partie par la France (disponible en anglais sur le site de FEI) :

PDF - 3.2 Mo
(PDF - 3.2 Mo)

Dernière modification le 20/05/2013

haut de la page